Guerre en Ukraine : les prorusses vont organiser des référendums de rattachement à Moscou dès le 23 septembre

Posted on

Les oblasts de Louhansk, Donetsk, Kherson et Zaporijia vont entamer un processus d’annexion. Tous sont soutenus dans leur demande par l’ancien président russe Dmitri Medvedev. Kiev promet en retour de «liquider» la «menace» russe.

Les Républiques séparatistes paniquent-elles face à l’avancée de la contre-offensive ukrainienne ? Les territoires prorusses de la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, vont organiser des référendums pour intégrer la Russie du 23 au 27 septembre, ont rapporté ce mardi 20 septembre leurs autorités et agences de presse officielles. Ces scrutins auront lieu dans les régions de Donetsk et de Louhansk, dont le président russe Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance peu avant de lancer son offensive contre l’Ukraine.

La veille, les dirigeants des deux provinces avaient appelé d’urgence à l’organisation de tels référendums de rattachement. Le chef de la République autoproclamée de Donetsk, Denis Pouchiline, avait appelé son homologue de Louhansk, Leonid Passetchnik, pour une action conjointe en ce sens. «Je pense que nous devons préparer certaines choses ensemble, que certaines de nos actions doivent être synchronisées : je propose que nous combinions les efforts de nos administrations et parlements respectifs pour commencer à résoudre les problèmes de préparation d’un référendum», expliquait-il dans une vidéo largement mise en scène.

À lire aussiÀ la frontière russe, la guerre des résistants ukrainiens face à l’occupant: le récit de l’envoyée spéciale du Figaro

Ce mardi, le vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie et ancien président russe, Dmitri Medvedev en personne, a soutenu sur Telegram l’organisation de ces référendums, estimant qu’ils étaient «essentiels». De son côté, l’Ukraine a promis de «liquider» la «menace» russe après ces annonces. «L’Ukraine va régler la question russe. La menace ne peut être liquidée que par la force», a écrit sur Telegram le chef de l’administration présidentielle ukrainienne, Andriï Iermak, dénonçant un «chantage» de la part de Moscou, motivé par «la peur de la défaite». La communauté internationale a largement condamné ces annonces à l’image de l’Otan qui a dénoncé «une nouvelle escalade» dans la guerre. Les Etats-Unis ont, eux, fustigé les «simulacres» de référendums prévus par la Russie, quand le chancelier allemand, Olaf Sholz a prévenu que ces «référendums fictifs» étaient «inacceptables».

Un référendum à Kherson et Zaporijia

La région de Kherson, largement assaillie depuis le début du mois de septembre par les troupes ukrainiennes, est également concernée par le référendum. «Je vous informe que conformément au décret, le référendum se tiendra du 23 au 27 septembre 2022», a indiqué le chef de l’administration d’occupation Vladimir Saldo sur Telegram. Le 5 septembre dernier, l’administration russe d’occupation avait annoncé suspendre les préparatifs d’un référendum d’annexion en raison des mouvements militaires ukrainiens dans la région. L’oblast de Zaporijia a également suivi le mouvement, en annonçant un référendum aux mêmes dates. Deux régions que les troupes du Kremlin ne contrôlent pas entièrement.

À lire aussiComment les Ukrainiens font reculer l’armée russe

Cet appel conjoint pourrait être le signe d’une nervosité généralisée dans ces trois régions, cibles d’une contre-offensive ukrainienne d’ampleur. L’armée de Kiev a annoncé lundi avoir repris le contrôle d’un village à quelques kilomètres seulement de la ville de Lisichansk, fief de l’oblast de Louhansk pris de haute lutte par les Russes en juillet. «Il y aura des combats pour chaque centimètre, a prévenu sur Telegram Sergueï Gaïdaï, gouverneur de la province de Louhansk missionné par Volodymyr Zelensky. L’ennemi prépare sa défense. Nous n’allons donc pas nous contenter d’entrer».

À VOIR AUSSI – Dans les territoires libérés, les Ukrainiens témoignent de la torture par l’armée russe

Une escalade majeure dans le conflit

Objectifs premiers de l’«opération militaire spéciale» russe, les provinces séparatistes de Louhansk et Donetsk ne sont pas entièrement contrôlées par les troupes du Kremlin. Un référendum dans chacune de ces provinces s’annonce donc indécis, du moins s’il est réalisé de manière démocratique, ce qui paraît à ce jour hautement improbable. Mais il représenterait une escalade majeure dans le conflit. D’abord, il permettrait à la Russie de rendre légitime l’occupation de la zone, en expliquant à la communauté internationale que ses habitants ont voté pour un rattachement au pays.

Ensuite, il octroierait aux deux Républiques autoproclamées la protection toute particulière de Moscou : elles feraient ainsi partie intégrante du territoire russe, et toute attaque pourrait être considérée comme une agression contre la Russie elle-même. Ce qui pourrait, éventuellement, déclencher le feu nucléaire, puisque selon sa doctrine, la Russie «se réserve le droit d’utiliser son arsenal nucléaire (…) dans le cas d’une agression contre la Fédération de Russie avec des armes conventionnelles, dès lors que l’existence même de l’État serait menacée».

À lire aussiPlus peur de Dieu que de la guerre: des milliers de juifs ultraorthodoxes affluent vers l’Ukraine

Une option funeste confirmée par Dmitri Medvedev. «L’empiètement sur le territoire de la Russie est un crime nous permettant d’utiliser toutes nos forces de légitime défense, a mis en garde l’ancien président sur sa chaîne Telegram. C’est pourquoi ces référendums sont tant redoutés par Kiev et l’Occident, et c’est pourquoi ils doivent être réalisés». Et d’ajouter : «Ils changeront complètement le vecteur du développement de la Russie pour des décennies. (…) Après l’intégration de ces nouveaux territoires en Russie, la transformation géopolitique du monde deviendra irréversible».

À VOIR AUSSI – En Ukraine, des larmes de soulagement dans un village libéré

Jasaseosmm.com Smm Panel is the best and cheapest smm reseller panel Buy Facebook Verification for instant Instagram likes and followers, Buy Verification Badge, Youtube views and subscribers, TikTok followers, telegram services, and many other smm services. telegram, and many other smm services