Crise énergétique: les universités devront-elles fermer cet hiver?

Posted on

Des universités envisagent de fermer plusieurs semaines cet hiver. Une idée que redoutent les étudiants traumatisés par le confinement.

Quelques jours seulement après la rentrée universitaire, l’arrivée des températures hivernales inquiète. Pour faire face à la flambée des prix de l’énergie, plusieurs universités ont déjà annoncé que les cours seraient adaptés afin de limiter les cours en présentiel et, de fait, les dépenses énergétiques.

À commencer par l’université de Strasbourg qui a d’ores et déjà affirmé deux modifications dans le calendrier de ses étudiants: la première interviendra à la fin de l’année, puisque les étudiants verront leurs vacances de Noël prolongées d’une semaine en janvier. Suivie d’une semaine en distanciel au mois de février.

Les étudiants ne veulent pas retourner en distanciel

Une décision qui inquiète particulièrement les syndicats étudiants, encore marqués par la succession de confinements et de cours en visios. «Les étudiants ont énormément souffert durant ces deux dernières années. Entre la solitude, la précarité, l’absence de motivation pour les études, le Covid les a marqués et un retour au distanciel est inenvisageable pour eux», estime Imane Ouelhadj, présidente de l’Unef, interrogée par Le Figaro.

Un avis partagé par Rémy Perrad, délégué national de l’Union nationale inter-universitaire (UNI). «Les étudiants sont hostiles à un retour au distanciel. Ils ont peur d’être de nouveau confrontés à un échec scolaire ou à des troubles psychologiques. Ils ne sont pas faits pour rester chez eux toute la journée», indique-t-il. Avant d’ajouter: «Les étudiants n’ont pas à payer les mauvais choix du gouvernement et la crise internationale, ainsi que les mauvais choix budgétaires de l’université». Les lecteurs du Figaro.fr sont du même avis: à cette question, ils ont répondu «non» à 78,22 %.

Une facture qui pourrait augmenter de 600 % à Nanterre

Conscients de ces souvenirs douloureux, certains établissements se refusent à envisager la fermeture. À l’université Paris-Nanterre notamment, la facture énergétique pourrait «augmenter d’environ 600%», confie le président Philippe Gervais-Lambony. «Nous avons lancé un groupe de travail pour décider des mesures à prendre parce que nous allons être dans l’impossibilité de payer cela. Mais les étudiants sortent de deux années douloureuses, nous allons tout faire pour éviter les cours en distanciel», explique-t-il. «Fermer l’université pendant une semaine ou deux ne nous sortirait pas de cette situation à ce stade, surtout que cela risquerait de décaler le calendrier universitaire et les partiels.»

Eric Berton, président de l’université d’Aix-Marseille, prépare aussi un plan pour réduire au mieux la facture énergétique et n’envisage pas non plus de réinstaurer le distanciel. «Nous cherchons des solutions, mais nous souhaitons avant tout éviter le distanciel aux étudiants pour qu’ils ne souffrent pas davantage», partage-t-il.

Un plan Marshall pour les universités

L’université francilienne Gustave-Eiffel située à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) notamment est aussi en pleine réflexion. «Nous sommes obligés d’y songer, puisque nous savons que nos charges vont plus que doubler», confie Sandrine Witeska, directrice de la communication de l’université. Pour l’établissement, «le plus important est d’assurer une continuité pédagogique des étudiants». Ainsi, l’enseignement à distance n’est pas forcément privilégié pour l’instant. «Renvoyer les étudiants chez eux conduirait à déplacer le problème et à voir les factures des jeunes augmenter pendant que les nôtres baisseront. Et en fermant l’université, nos laboratoires de recherche devraient cesser, et ce pour une durée indéfinie.»

Au-delà de l’hiver prochain, les établissements s’inquiètent d’un problème devenu régulier. Mathias Bernard, le président de l’université Clermont Auvergne, alarme sur «l’enjeu national» que représente la rénovation des campus universitaires. «Nous perdons chaque année des millions d’euros à force de chauffer des salles qui ne retiennent pas la chaleur. Il devient urgent de commencer à investir dans des travaux d’isolation thermique, avec une sorte de plan Marshall pour les universités», conclut-il.

À VOIR AUSSI – Économies d’énergie: le patrimoine des universités représentent «25 millions de m2», rappelle Sophie de Tarlé

Jasaseosmm.com Smm Panel is the best and cheapest smm reseller panel Buy Facebook Verification for instant Instagram likes and followers, Buy Verification Badge, Youtube views and subscribers, TikTok followers, telegram services, and many other smm services. telegram, and many other smm services